Utilisation des huiles essentielles

Huile essentiellePour compléter un précédent billet de présentation de l’aromathérapie et des huiles essentielles, voici (comme promis) un aperçu de leurs multiples propriétés (thérapeutiques, cosmétiques, culinaires, ménagères), leurs applications et leur mode d’emploi. Rappelons aussi que les HE sont des produits concentrés et puissants, dont l’utilisation doit être accompagnée de quelques précautions.

Propriétés thérapeutiques générales des huiles essentielles

Les propriétés des huiles essentielles sont très nombreuses, qu’elles soient médicinales ou cosmétiques. Elles peuvent agir sur la circulation sanguine et lymphatique (veinotoniques, drainantes, renforcement des capillaires…), sur le système nerveux (calmantes, toniques, équilibrantes…) ou digestif (nausées, digestions difficiles, troubles hépato-biliaires…). Elles peuvent être utilisées comme antiseptique sur les plaies ou en cas d’infection (antibactériennes, antivirales, antifongiques…), agir sur la qualité de la peau (cicatrisantes, tonifiantes, régulatrices, raffermissantes, purifiantes…), ou encore avoir une action anti-inflammatoire, anesthésiante, mucolytique, immunomodulante ou même hormonale.

Les huiles essentielles peuvent donc être utilisées comme de véritables outils thérapeutiques (en cas de trouble grave, ou persistant, il faut bien sûr consulter!). Elles permettent de soigner un problème de santé lorsqu’il se présente (usage curatif), ou être employées à titre préventif, pour rééquilibrer un terrain, en naturopathie par exemple. Les effets des huiles essentielles pouvant être complémentaires ou synergiques, les formules proposées en aromathérapie comportent souvent des mélanges d’HE.


Mode d’administration des HE

On utilise les huiles essentielles par voie:

  • Cutanée (pures, de façon ponctuelle, pour les HE non dermocaustiques, ou bien diluées dans une huile végétale, pour une application plus régulière, ou encore en bain aromatique). C’est le mode d’utilisation le plus fréquent, et le plus facile;
  • Olfactive (pour stimuler les centres olfactifs et induire des effets psychiques ou  physiologique);
  • Pulmonaire (en inhalations ou en diffusion dans l’atmosphère grâce à un diffuseur, pour les infections ORL notamment, ou pour lutter contre le stress);
  • Orale (diluées dans une cuillerée de miel ou d’huile végétale, mais attention, la voie orale est à éviter en automédication).


Les huiles essentielles en cosmétique

En cosmétique, elles sont très utilisées comme actifs dans les produits de soin bio. Anti-âge, anti-cellulite, anti-pelliculaire, anti-mycose, anti-acné, anti-vergetures, anti-tache brune, anti-couperose, anti-verrues, mais aussi rééquilibrantes, purifiantes, lissantes, sébo-régulatrices, astringentes, adoucissantes, tonifiantes… La liste des propriétés est longue, et on retrouve les huiles essentielles aussi bien dans les soins pour le visage que dans ceux pour le corps, ou dans les produits capillaires, les dentifrices, les déodorants, ou les eaux de toilette.

Il est également possible de confectionner ses propres produits de soin aromatiques, par exemple en ajoutant quelques gouttes d’huile essentielle à une crème hydratante pour le visage (pour la customiser en soin anti-rides par exemple), ou à une huile végétale (pour une huile de massage personnalisée). Autres idées: 1 ou 2 gouttes d’HE de palmarosa diluée à 50% dans une huile végétale constitue un déodorant naturel et efficace, l’HE de tea tree permet de se débarrasser en 2 temps 3 mouvements des boutons d’acné, l’HE d’hélichryse est conseillée en cas de couperose ou de bleus… Enfin, dans les cosmétiques faits maison, notons que certaines huiles essentielles peuvent faire office de conservateurs naturels.


Côté cuisine

Autre application, moins connue, des huiles essentielles: en cuisine. Basilic, romarin, menthe, bergamote, citron, mandarine ou orange douce… Les HE peuvent être utilisées comme des parfums naturels pour toutes sortes de préparations sucrées ou salées. 2 ou 3 gouttes suffisent à parfumer un plat, à condition de ne pas les faire chauffer (ajout des HE après cuisson). Vérifiez au préalable dans un guide d’aromathérapie que l’HE choisie est « comestible ».


Les HE pour l’entretien de la maison

Pour terminer ce petit tour d’horizon des utilisations possibles des HE, voici quelques idées d’emploi dans la maison:

  • Pour lutter contre les vers de bois des meubles anciens, placez à l’intérieur un flacon ouvert d’HE de bois de cèdre;
  • Pour parfumer le linge, ajoutez quelques gouttes d’HE de lavande dans le réservoir d’eau du fer à repasser à vapeur, ou, pour les armoires, dans un petit sachet en tissu contenant des fleurs de lavande;
  • Pour éviter les mauvaises odeurs lors de l’utilisation de l’aspirateur, placez dans le sac un coton imprégné de l’HE de votre choix;
  • Pour désinfecter et parfumer le linge, ajoutez quelques gouttes d’HE de citron dans votre lessive liquide maison (à base de copeaux de savon par exemple), ou sur le sachet en tissu contenant les noix de lavage;
  • Pour supprimer les mauvaises odeurs (tabac, friture…) ou faire fuir les insectes (les moustiques détestent la citronnelle), pensez aussi aux HE en diffusion dans l’atmosphère.


Des produits concentrés et puissants à utiliser avec précaution

Les effets des huiles essentielles ne doivent jamais être sous-estimés, même en application cutanée. Une dizaine de secondes suffisent pour que les HE traversent la barrière cutanée, elles gagnent ensuite la circulation sanguine et se diffusent très rapidement dans tout l’organisme. La preuve: massez votre voûte plantaire avec quelques gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus radié. Trente minutes plus tard, votre haleine sera parfumée à l’eucalyptus: les molécules aromatiques arrivent jusqu’aux alvéoles pulmonaires, via le sang.

Par conséquent, l’utilisation des huiles essentielles doit être parcimonieuse, et tout traitement prolongé ou toute prise orale devrait être suivie par un thérapeute. Certaines personnes ont un épiderme réactif aux HE: lors d’une première application cutanée, pratiquez d’abord un test de sensibilité dans le pli du coude. Quelque soit l’usage que vous souhaitez faire des huiles essentielles, il est conseillé de vous munir d’un bon guide d’aromathérapie, qui vous permettra d’utiliser les HE sans risque, et de façon ciblée et efficace. Il n’est en effet pas question de jouer à l’apprenti sorcier, car certaines HE présentent des risques de toxicité, d’autres sont dermocaustiques ou photosensibilisantes. Elles peuvent aussi interagir avec les médicaments. Enfin, les jeunes enfants, les nourrissons, les femmes enceintes ou allaitantes, et les personnes épileptiques devraient éviter l’usage d’huiles essentielles.


Achat et conservation des HE

La première chose dont il faut s’assurer lors de l’achat, c’est que la nature de l’huile essentielle est clairement définie: espèce botanique, partie de plante utilisée, et éventuellement chémotype (famille biochimique). Ensuite, vérifiez qu’elle est 100% pure et naturelle (non diluée, non déterpénée, non rectifiée…). Enfin, il est préférable de choisir des HE bio (label AB par exemple), lorsque c’est possible. Vous aurez ainsi la garantie que la plante a été cultivée sans produits phytosanitaires de synthèse, ni engrais chimiques (la distillation permet d’extraire les molécules aromatiques, mais aussi d’autres composés indésirables, des résidus de pesticides par exemple!).

Conservez vos flacons d’huiles essentielles à l’abri de la lumière et de la chaleur, et vissez soigneusement le bouchon des flacons entamés (l’oxygène de l’air entraîne l’oxydation des molécules aromatiques). Vous pourrez les garder ainsi pendant plusieurs années, sans que leurs propriétés soient altérées.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*